Programme

Henry Dumont

Allemande grave

Sébastien de Brossard

Cantique pour Sainte Cécile

Louis Couperin

Fugue sur la tierce

Marc-Antoine Charpentier

Salve Regina

O pretiosum et admirabile conivium

Lauda Sion

Charles Piroye

L'Immortelle, dialogue à deux choeurs

Joseph Valette de Montigny

Super flumina Babilonis

Henry Dumont

Pavane

Daniel Danielis

Ingemiscam in vulnere

Le Solitaire

Deux stances chrétiennes

Louis Couperin

Fantaisie

Mathieu Lanes

Elévation

Sébastien de Brossard

Silentium dormi

 

Retour à la programmation du Festival

 SILENTIUM

Ensemble Sébastien de Brossard

Jean-François Novelli, ténor

Fabien Armengaud, orgue

 

Lundi 17 août à 20h

Église d'Arques-la-Bataille

 

«Une bibliothèque est un hôpital pour l’esprit »

Anonyme

 

« Silentium. Dormi in hortis dilecta mea.

Silence. Dors dans les jardins, mon amour. »

 

Ainsi commence le motet éponyme pour ténor de Sébastien de Brossard, magnifiant à chaque instant le sublime texte du Cantique des Cantiques.

Quelle exhortation singulière !

Du silence naît la musique. Mais quelle musique ?

Il nous a semblé judicieux de s’interroger- pour la première fois à notre connaissance-  sur le répertoire spécifiquement écrit pour la voix de ténor, la Taille, comme on disait à l’époque.

Si l’on connaît aujourd’hui le répertoire chanté à grand chœur à la Chapelle, quel était donc le répertoire particulier de ces musiciens ?

Pour tenter d’y répondre, nous avons convoqué Jean-Baptiste Matho, célèbre taille de la Chapelle.

D’abord arrivé comme Page, il devient, en 1684, chantre laïc puis, en 1717, chantre ordinaire à la Chapelle royale et chantre de la Chambre. Egalement compositeur, Matho fut aussi Maître de musique du Roi, de l’Infante et des enfants de France.

De par sa situation, sa tessiture et sa longévité, il n’est pas interdit de penser qu’il aurait pu chanter tous les motets de ce concert.

Ce programme est donc l’évocation d’une bibliothèque imaginaire.

Mais que recèle-t-elle donc ?

En premier lieu, des pièces sublimes de maîtres incontestés : Charpentier et Dumont mais également d’autres bijoux de compositeurs plus méconnus mais dont l’écriture et la science méritent le détour : Brossard et Danielis,

Refermons pour un moment les portes de cette somptueuse bibliothèque, portes derrière lesquelles on entend encore la musique du grand compositeur et bibliothécaire Brossard :

« Dormez, ô brillantes étoiles éparses sur ce front si paisible. »

 

Jean-François Novelli

 Le ténor français, Jean-François Novelli, lauréat du concours général, titulaire d’une Maîtrise de Musicologie en Sorbonne, Premier Prix de flûte à bec, diplômé du CNSMD de Paris en chant et jeune talent Adami, s'est tourné tout naturellement -de par son premier instrument- vers les musiques anciennes, qu'il a pratiquées et pratique toujours avec une grande passion. En témoigne une trentaine de disque et DVD. Citons parmi ses enregistrements Tyrannique empire un disque de l’ensemble des Lunaisiens qu’il a co-dirigé pendant 10 ans.  Son dernier disque : Silentium  paru en 2018 avec l’ensemble Sébastien de Brossard dirigé par Fabien Armengaud est salué par la critique. Il s’agit d’une anthologie d’œuvres pour voix de taille autour de la figure de Jean-Baptiste Matho taille reconnue et admirée à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe à la Chapelle royale.

Aujourd’hui, il partage ses activités entre la musique baroque qu’il affectionne toujours avec passion : Il ritorno d’Ulisse  de Monteverdi mis en scène par William Kentridge  et dirigé par Philippe Pierlot à  l’Opéra Massimo de Palerme, au Théâtre Royal de Versailles et au grand théâtre du Luxembourg.  Il donne également de nombreux récitals autour du dernier disque Silentium notamment aux festivals d’Auch, de Saint Michel en Thiérache, d’Arques la Bataille et de Saint Julien du Sault. Plus près de nous, il est Torquemada dans L’Heure Espagnole de Maurice Ravel en tournée en Italie dans les Opéras de Brescia, Como, Cremona et Pavia, et Remendado dans Carmen de Bizet à la Fenice à Venise en novembre 2020.

Son plaisir de la scène, ses recherches théâtrales notamment à travers l’étude du clown et son goût pour les mélanges le détermine à proposer des projets de "récital théâtral" originaux : En témoigne Croustilleux La Fontaine  autour de contes licencieux de Jean de La Fontaine mis en musique par Antoine Sahler et mis en scène par la chanteuse Juliette, spectacle créé au théâtre d’Ivry, donné à Avignon en juillet 2017, puis en tournée notamment au théâtre Les déchargeurs à Paris.

Jean-François Novelli crée cette année son deuxième spectacle de récital mélant théâtre, musique et humour : ma vie de ténor ( est un roman qui m’intéresse beaucoup)   autour d’ un texte d’Hector Berlioz, mis en scène par Olivier Broche, spectacle en résidence à la Cité de la Voix à Vezelay, et au théâtre de La Manekine. Si Covid le permet  ce spectacle sera donné au festival de Pontoise en septembre et à la Rochelle en octobre prochain.

 

Il prépare également  un nouveau disque récital avec Maude Gratton au pianoforte.

 

Fabien Armengaud

Enfant, c’est auprès de son grand-père Roland Couybes –organiste de la cathédrale d’Auch- que Fabien Armengaud découvre la musique et vit ses premières expériences musicales aux tribunes des orgues auscitaines.


Fabien Armengaud a étudié le clavecin et la basse continue avec Jan Willem Jansen, Yasuko
Bouvard et Laurence Boulay. Il s’est ensuite perfectionné auprès de Michèle Dévérité.
Au sein du Département de Musique Ancienne du Conservatoire de Toulouse, il rencontre Hervé Niquet avec lequel il apprend le travail d’orchestre et approfondit sa connaissance du répertoire à deux clavecins.
En 1999, Fabien Armengaud fonde l’ensemble baroque Le Concert Calotin et enregistre pour le
label Arion deux disques consacrés à Louis-Antoine Dornel et Sébastien de Brossard.
En 2001, il dirige « On ne s’avise jamais de tout » de Monsigny à l’amphithéâtre de l’Opéra
Bastille.

Grâce à la confiance d’Olivier Schneebeli, il intègre en 2000 la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles.
Depuis 2006, il est le continuiste des Pages et des Chantres et avec cette formation, il enregistre
de nombreux disques (Charpentier, Lully, Riegel, Campra) et se produit tant en France (Paris,
Vézelay, Nantes) qu’à l’étranger (Miami, Varazdin, Budapest, Zamora, Pékin, Séoul).
Fabien Armengaud joue également au sein d’autres ensembles comme le Concert Spirituel (Hervé
Niquet), les Folies Françoises (Patrick Cohën-Akenine) ou les Jeunes Solistes (Rachid Safir).
Il est également sollicité par diverses maisons d’opéra (Avignon, Massy) en tant que chef de chant
et participe ainsi aux productions de l’Amadis de Lully (2009-2010), des Noces de Figaro de
Mozart (2011-2012) et du Tancrède de Campra en 2014.


Passionné par la direction, il a étudié cette discipline auprès de Dominique Rouits et Julien
Masmondet. Il est diplômé de l’Ecole Normale de Musique de Paris en direction d’orchestre.
Titulaire du Diplôme d’État de Musique Ancienne, Fabien Armengaud dirige régulièrement les
Pages et les Chantres depuis 2007.
Il a été nommé chef-assistant de la Maîtrise du Centre de musique baroque de Versailles en 2013
et dirigera cette saison les Pages et les Chantres dans des programmes Charpentier, Pétouille et
Clérambault lors des Jeudis musicaux de la Chapelle royale du Château de Versailles.


Parallèlement à ses activités au Centre de Musique Baroque de Versailles, Fabien Armengaud
dirige l’Ensemble Sébastien de Brossard. Un premier disque consacré aux Motets à trois voix
d’hommes de Louis-Nicolas Clérambault est paru en 2016 chez Paraty. Cet enregistrement a reçu
de nombreux éloges dans la presse spécialisée. En mars 2018 est sorti le disque « Silentium »,
deuxième opus de l’Ensemble Sébastien de Brossard, consacré aux petits motets pour taille avec
Jean-François Novelli pour le label EnPhases.
En 2020, Fabien Armengaud enregistrera l’intégrale des pièces de clavecin d’Etienne Richard,
professeur de Louis XIV ainsi que des petits motets de Dumont pour le label Ricercar.


Fabien Armengaud est chevalier des Entonneurs Rabelaisiens.

Tarifs du Festival

Plein 20€
Adhérent 18€
Réduit* 10€
Moins de 18 ans* Gratuit

 *sur présentation d'un justificatif

Réduit : 18 à 25 ans, demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA, groupes à partir de 10 personnes, stagiaires de l'Académie Bach.


Pour bénéficier du tarif réservé aux adhérents, vous pouvez à tout moment adhérer en ligne sur le site de billetterie. L’adhésion est annuelle et vous donne accès au tarif privilégié pour deux personnes par concert.