Gustav Leonhardt, une discographie

Par Philippe Houbert

Chapitre VIII : Gustav Leonhardt et le concerto

La place consacrée aux concertos dans la discographie de Leonhardt est relativement mince en quantité mais certainement pas sur le plan qualitatif. 

Et pourtant, c’est bien par la participation à l’enregistrement d’un concerto que tout a commencé. Mais gardons ceci pour la fin de ce chapitre …

C’est encore durant la période viennoise de notre interprète que, la curiosité aidant, et le réseau de relations s’établissant, Leonhardt fut sollicité pour participer à l’enregistrement par le label Philips d’œuvres de Johann Christian Bach autour du grand Paul Sacher à la tête de l’orchestre symphonique de Vienne. Ce disque, capté en avril 1953, comprenait le Concerto pour clavecin et cordes en mi bémol majeur opus 7 n° 5.

     JC Bach – Harpsichord Concerto Op. 7, No. 5 – YouTube

Comme pour les autres genres abordés dans les précédents chapitres, le tournant des années 60 vit les labels Das Alte Werk et DHM se passionner pour la musique ancienne, permettant, entre autres, à Leonhardt de nous laisser quelques enregistrements de référence.

C’est pour Das Alte Werk (et non Philips comme indiqué dans la vidéo) et en 1960, qu’un ensemble, resté anonyme, mais rassemblé par Leonhardt, secondait, outre ce dernier, Johan Feltkamp à la flûte et Lars Fryden au violon, dans le Concerto pour flûte, violon et clavecin BWV 1044 de Johann Sebastian Bach.

     Concerto for Flute, Violin and Harpsichord in A Minor, BWV 1044: I. Allegro – YouTube

     Concerto for Flute, Violin and Harpsichord in A Minor, BWV 1044: II. Adagio ma non tanto e dolce – YouTube

     Concerto for Flute, Violin and Harpsichord in A Minor, BWV 1044: III. Alla breve – YouTube

Le même disque incluait la reconstruction par Leonhardt du Concerto pour clavier en ré mineur BWV 1059, resté inachevé.

     Harpsichord Concerto No. 8 in D Minor, BWV 1059: I. Allegro – YouTube

     Harpsichord Concerto No. 8 in D Minor, BWV 1059: II. Adagio ad libitum – YouTube

     Harpsichord Concerto No. 8 in D Minor, BWV 1059: III. Presto – YouTube

En 1962, allait se poursuivre l’enregistrement des concertos pour clavier de Johann Sebastian Bach, avec les BWV 1054, 1057 et 1058. Le Leonhardt-Consort était rassemblé : Marie Leonhardt, Antoinette van den Hombergh, Wim ten Have, Dijck Koster, Anthony Woodrow. Gustav Leonhardt joue sur l’instrument de Martin Skowroneck, copie du Dulcken d’Anvers (1745), sauf pour le concerto BWV 1057 où c’est un clavecin de Rainer Schütze qui est touché. On aimerait avoir des témoignages des premiers auditeurs de ces merveilles, en comparaison des versions avec grand orchestre symphonique ou même simple ensemble de chambre qui régnaient à l’époque.

Voici le Concerto en ré majeur BWV 1054, transcription du concerto en mi pour violon.

     Bach, Concerto para clave BWV 1054. Leonhardt-Consort – YouTube

Malheureusement, le Concerto en fa majeur BWV 1057, pour clavier et deux flütes, n’est disponible qu’en mouvements séparés. Frans Brüggen et Jeanette van Wingerden sont les flûtistes à bec.

     Harpsichord Concerto No. 6 in F Major, BWV 1057: I. — – YouTube

     Harpsichord Concerto No. 6 in F Major, BWV 1057: II. Andante – YouTube

     Harpsichord Concerto No. 6 in F Major, BWV 1057: III. Allegro assai – YouTube

Même découpage en rondelles pour le Concerto en sol mineur BWV 1058.

     Harpsichord Concerto No. 7 in G Minor, BWV 1058: I. — – YouTube

     Harpsichord Concerto No. 7 in G Minor, BWV 1058: II. Andante – YouTube

    Harpsichord Concerto No. 7 in G Minor, BWV 1058: III. Allegro assai – YouTube

En 1963, ce sont deux volumes de cette intégrale des concertos pour clavecin de Johann Sebastian Bach que Das Alte Werk allait capter. 

Le premier regroupait deux concertos pour deux clavecins (Leonhardt cédant la partie de clavecin I à Eduard Müller) et le concerto pour quatre clavecins, transcription d’une œuvre pour quatre violons de Vivaldi.

Voici dans son intégralité le Concerto en do mineur BWV 1062, transcription du concerto pour deux violons (certaines des annotations de la vidéo sont inexactes, sans doute du fait du choix d’une réédition tardive comme illustration).

     J.S. Bach Harpsichord Double Concerto in C minor BWV 1062, Gustav Leonhardt – YouTube

L’autre Concerto pour deux clavecins dans la même tonalité de do mineur, BWV 1060, est aussi disponible, mais en mouvement séparés.

     Concerto for Two Harpsichords in C Minor, BWV 1060: I. Allegro – YouTube

     Concerto for Two Harpsichords in C Minor, BWV 1060: II. Adagio – YouTube

     Concerto for Two Harpsichords in C Minor, BWV 1060: III. Allegro – YouTube

Même sort pour le Concerto en la mineur pour quatre clavecins BWV 1065. Les parties III et IV sont tenues respectivement par Janny van Wering et Anneke Uittenbosch.

     Concerto for Four Harpsichords in A Minor, BWV 1065: I. — – YouTube

     Concerto for Four Harpsichords in A Minor, BWV 1065: II. Largo – YouTube

     Concerto for Four Harpsichords in A Minor, BWV 1065: III. Allegro – YouTube

Le second volume enregistré en 1963 comportait les deux concertos pour trois clavecins et le concerto en ré mineur BWV 1059. 

Dans l’ordre, c’est le Concerto en ré mineur BWV 1063 qui ouvrait le disque, avec Alan Curtis et Anneke Uittenbosch pour entourer Gustav Leonhardt.

     Concerto for Three Harpsichords in D Minor, BWV 1063: I. — – YouTube

     Concerto for Three Harpsichords in D Minor, BWV 1063: II. Alla siciliana – YouTube

     Concerto for Three Harpsichords in D Minor, BWV 1063: III. Allegro – YouTube

Suivait donc le Concerto pour un seul clavecin en ré mineur BWV 1059. En voici le Presto final, à comparer avec la version déjà partagée précédemment.

     3.Presto – Concerto in D Minor BWV 1059 R for Harpsichord J.S.BACH – YouTube

Et voici le Concerto pour trois clavecins en do majeur BWV 1064. Toujours en mouvements séparés.

     Concerto for Three Harpsichords in C Major, BWV 1064: I. Allegro – YouTube

     Concerto for Three Harpsichords in C Major, BWV 1064: II. Adagio – YouTube

     Concerto for Three Harpsichords in C Major, BWV 1064: III. Allegro assai – YouTube

C’est chez DHM que nous retrouvons Gustav Leonhardt en 1965.  Malheureusement pas dans le disque consacré à deux concertos pour clavecin et hautbois de Carl Philipp Emanuel, non disponible sur YouTube, mais dans un album J.S. Bach-Leclair enregistré avec le Collegium Aureum.

Voici le Concerto en ré mineur BWV 1052 de Johann Sebastian Bach.

     Harpsichord Concerto No. 1 in D Minor, BWV 1052: I. Allegro – YouTube

     Harpsichord Concerto No. 1 in D Minor, BWV 1052: II. Adagio – YouTube

     Harpsichord Concerto No. 1 in D Minor, BWV 1052: III. Allegro – YouTube

En 1965 et 1966, le même Collegium Aureum enregistrait les Concertos Brandebourgeois de Johann Sebastian Bach, avec Leonhardt dans la partie de clavecin. Mais, évidemment, c’est dans le cinquième, en ré majeur, BWV 1050, que son rôle était majeur, aux côtés de Hans Martin Linde et Franz Josef Maier. Le tout capté dans la merveilleuse Cedernsaal du château de Kirchheim, haut lieu des enregistrements DHM de l’époque et que l’on voit sur la pochette originale ci-dessous.

S. BACH – BRANDENBURG CONCERTO No. 5 – COLLEGIUM AUREUM – YouTube

C’est en décembre 1967, et pour Das Alte Werk, que Gustav Leonhardt proposait une nouvelle version du Concerto pour flûte à bec, violon et clavecin en la mineur BWV 1044, cette fois-ci avec Frans Brüggen, son épouse Marie et le Leonhardt-Consort. Cette version allait être rendue disponible dans un disque un peu fourre-tout intitulé « Festkonzert des Barock » sorti en 1968, puis lors de l’enregistrement du concerto pour deux clavecins en do majeur BWV 1061.

Bach – Concerto for flute, violon & harpsichord – Brüggen / Leonhardt / Leonhardt – YouTube

Voici donc le Concerto BWV 1061, capté en 1968, avec Anneke Uittenbosch et le Leonhardt-Consort. 

     Concerto for Two Harpsichords in C Major, BWV 1061: I. — – YouTube

     Concerto for Two Harpsichords in C Major, BWV 1061: II. Adagio ovvero largo – YouTube

     Concerto for Two Harpsichords in C Major, BWV 1061: III. Fuga – YouTube

En 1968, était enregistré le dernier disque de concertos pour clavecin de Johann Sebastian Bach, permettant ainsi de boucler ce qui fut certainement la première intégrale historiquement informée.

Cette dernière série comportait trois concertos pour clavecin seul : celui en la majeur BWV 1055.

     Bach, Concierto para clave BWV 1055. Leonhardt-Consort – YouTube

Celui en fa mineur BWV 1056.

     Bach, Concerto para clave BWV 1056. Leonhardt-Consort – YouTube

Et, enfin, celui en mi majeur BWV 1053.

     Bach, Concerto para clave BWV 1053. Leonhardt-Consort – YouTube

Toujours en cette année 1968, mais chez DHM, Leonhardt collaborait à nouveau avec le Collegium Aureum pour deux concertos de Carl Philipp Emanuel Bach. Voici celui pour deux clavecins, deux cors, cordes et basse continue en fa majeur Wq. 46. Alan Curtis joue l’autre partie de clavecin, les cornistes étant Erich Penzel et Toni Hammer.

     Concerto for 2 Harpsichords and Orchestra in F major, Wq46, H410, “Double Concerto”: Allegro – YouTube

     Concerto for 2 Harpsichords and Orchestra in F major, Wq46, H410, “Double Concerto”: Largo – YouTube

     Concerto for 2 Harpsichords and Orchestra in F major, Wq46, H410, “Double Concerto”: Allegro assai – YouTube

Le début de l’aventure de l’enregistrement des cantates et, sans doute, la raréfaction des concertos pouvant intéresser Gustav Leonhardt, ont eu pour conséquence que, de 1968 à 1976, notre interprète laissa de côté ce genre musical. C’est l’arrivée sur le marché du label SEON et, aussi, celle de nouveaux membres au sein du Leonhardt-Consort, qui ouvrèrent la voie à une nouvelle captation des Concertos Brandebourgeois. Dans le chapitre IV consacrée à la direction d’ensembles, j’avais laissé de côté ce trésor, pensant à l’époque lui faire une place dans ce chapitre-ci. Logique erronée puisque le rôle de Leonhardt dans ces disques est bien relatif à la mise en place d’un ensemble et non celui de soliste. Il faudra penser à un addendum dans un chapitre ultérieur afin de corriger cette erreur d’interprétation. Néanmoins, le cinquième concerto, en ré majeur BWV 1050, donne bien au clavecin une place de soliste, aux côtés de la flûte et du violon. Voici donc le trio Brüggen/Kuijken/Leonhardt dans ce qui est sans doute la plus belle version jamais réalisée de ce concerto.

     Gustav Leonhardt – Brandenburg Concerto #5 – YouTube

En novembre 1981, soit seize ans après le disque réalisé avec le Collegium Aureum, c’est avec son Consort que Leonhardt enregistrait chez SEON RCA, le Concerto en ré mineur BWV 1052 de Johann Sebastian Bach, ainsi que le Concerto dans la même tonalité Wq. 23 de Carl Philipp Emanuel.

Voici celui du père :

     Bach: Concerto in D minor, 1. Allegro, BWV 1052 – Gustav Leonhardt – YouTube

     Bach: Concerto in D minor, 2. Adagio, BWV 1052 – Gustav Leonhardt – YouTube

     Bach: Concerto in D minor, 3. Allegro, BWV 1052 – Gustav Leonhardt – YouTube

Et celui du fils, le Bach dit de Hambourg :

     Bach C.P.E.: Concerto in D minor, 1. Allegro, H. 427 – Gustav Leonhardt – YouTube

     Bach C.P.E.: Concerto in D minor, 2. Poco Andante, H. 427 – Gustav Leonhardt – YouTube

     Bach C.P.E.: Concerto in D minor, 3. Allegro assai, H. 427 – Gustav Leonhardt – YouTube

Ce chapitre VIII aurait dû trouver sa fin ici puisque ce disque est le dernier de Gustav Leonhardt en tant que soliste de concerto.

Mais les recherches effectuées pour établir cette discographie m’ont fait découvrir une pépite dont je ne connaissais que partiellement l’existence.

Il était une fois un certain Josef Mertin, né en Bohême en 1904, qui fit ses études musicales à Vienne durant l’entre-deux-guerres et qui s’intéressa à des compositeurs certainement peu joués à l’époque : Machaut, Schütz, entre autres. Après la seconde guerre mondiale, il enseigna au Conservatoire de la ville de Vienne et à l’Académie musicale. Il y eut quelques futurs prestigieux élèves : Claudio Abbado, Mariss Jansons, Zubin Mehta. Mais l’une de ses grandes passions fut de rechercher comment les musiques anciennes étaient jouées. Dans ce domaine, l’un de ses élèves fut Eduard Melkus, futur grand violoniste baroque.

A l’automne 1950, un groupe de musiciens se forma autour de Josef Mertin, incluant des étudiants de l’Académie viennoise (Elisabeth Schäftlein, sœur du futur hautboïste du Concentus Musicus ; Nikolaus Harnoncourt ; Alice Hoffelner, future Mme Harnoncourt et disparue ces dernières semaines ; Edith Steinbauer, Alfred Altenburger  et quelques autres aux destins moins connus) et un tout jeune homme sorti de la Schola Cantorum Basiliensis, Gustav Leonhardt.

Sous l’égide de Josef Mertin, ce groupe de jeunes loups décida d’enregistrer les Concertos Brandebourgeois dans leur intégralité. Ces enregistrements, longtemps méconnus, ont été réédités par le label tchèque Supraphon en 2016. On aurait pu s’attendre à voir Leonhardt tenir la partie de clavecin et, qui sait, être le soliste du cinquième. Point du tout ! C’est en tant que gambiste, aux côtés de Nikolaus Harnoncourt, qu’il joue dans le sixième, en si bémol majeur BWV 1051. Voici le résultat.

     Brandenburg Concerto No.6 in B-flat Major, Bwv 1051: I. (allegro) (2022 Remaster) – YouTube

     Brandenburg Concerto No.6 in B-flat Major, Bwv 1051: Ⅱ. Adagio Ma Non Tanto (2022 Remaster) – YouTube

     Brandenburg Concerto No.6 in B-flat Major, Bwv 1051: Ⅲ. Allegro (2022 Remaster) – YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Madame, Monsieur, Chers Amis,

Vous souhaitez recevoir les informations concernant les activités de l’Académie Bach, merci de compléter le formulaire ci-dessous.